Chez la femme

Cystites simples et compliquées

La cystite aigue chez la femme jeune est classique, et se définit par :

  • une infection bactérienne
  • des urines responsable de brûlures mictionnelles,
  • des douleurs pelviennes
  • et de mictions fréquentes mais sans fièvre.

Un traitement antibiotique minute permet une guérison rapide.

Des règles simples d'hygiène permettent d'éviter bon nombre de récidives.

Une grande majorité des femmes vont faire au moins une cystite dans leur vie. Lorsque les cystites se répètent plus de 4 fois dans l'année ou résistent au traitement, un avis auprès de votre médecin généraliste ou de votre urologue est souhaitable.

L'examen bactériologique des urines (ECBU) est l'examen clé pour une prise en charge efficace d'une telle situation.
Après examen clinique, d'autres examens (cystoscopie, echographie pelvienne, scanner abdomino pelvien) pourront être prescrits afin de préciser la cause des cystites à répétition.

Le traitement de la cause (prolapsus génital, brides hyménéales, polype de vessie, rétrécissement urétral, etc...) est la règle.
En l'absence de cause identifiée, un traitement antibiotique séquentiel de plusieurs mois peut vous être prescrit.

Pyélonéphrites

La pyélonéphrite aigue de la femme jeune est relativement fréquente et est souvent la conséquence d'une cystite aigue négligée.

Elle se manifeste par des signes de

  • cystite,
  • fièvre à plus de 38,5°C,
  • douleurs de la fosse lombaire.

Un traitement antibiotique est indiqué juste après avoir réalisé un ECBU.
Une échographie rénale à la recherche d'une dilatation des cavités pyélocalicielles doit être réalisée dans les 24 heures et imposent un drainage des cavités rénales en plus d'une antibiothérapie intra veineuse à large spectre.

Si la pyélonéphrite reste une infection grave à risque de complications d'abcès rénal, de septicémie voire de choc septique, une prise en charge rapide permet une guérison avec récupération complète du rein dans la majorité des cas.

Prévention et traitements

Le respect de règles d'hygiène simples permet de réduire considérablement le risque d'infection urinaire basse (=cystite) ou haute (=pyélonéphrite) :

  • bien s'hydrater (1 à 2 litre par 24 h réparti dans la journée),
  • éviter la constipation,
  • ne pas se retenir trop longtemps en cas d'envie d'uriner,
  • faire une toilette intime avec un savon à pH neutre une à deux fois par jour,
  • s'essuyer après être aller à la selle d'avant en arrière et non pas l'inverse,
  • ne pas porter de sous vêtements en synthétique mais plutôt en coton,
  • pas de vêtements trop serrés qui favorisent la macération,
  • et enfin aller uriner après un rapport sexuel sont les bases de la prévention des infections urinaires.

En cas d'infections urinaires avérées, un traitement antibiotique est la règle et doit être adapté au germe retrouvé sur l'ECBU lorsqu'il a été réalisé.