Cancer de la prostate

Dépistage et diagnostic

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez l'homme.

Grâce au dépistage précoce, il est découvert souvent à un stade localisé c'est-à-dire curable.
Le dépistage du cancer de prostate se fait par le dosage sanguin du PSA (Prostate Specific Antigen) tous les ans à partir de l'âge de 50 ans et jusqu'à l'âge de 75 ans, associé à un toucher rectal (=TR) tous les 2 ans par le médecin généraliste ou l'urologue.

En cas de taux de PSA élevé ou de prostate suspecte au TR, votre médecin vous orientera vers votre urologue qui pourra vous proposer de réaliser des biopsies de prostate lors d'une simple consultation sous anesthésie locale.

Il n'y a aujourd'hui aucun moyen diagnostique d'imagerie suffisamment fiable pour se priver d'une analyse histologique d'échantillons prostatiques.

Traitements curatifs (=qui guérissent)

En cas de biopsie positive, c'est-à-dire en cas de cancer de prostate avéré sur l'analyse au microscope des carottes biopsiques, votre spécialiste vous prescrira parfois des examens complémentaires ( IRM prostatique, Scanner Abdomino Pelvien, Scintigraphie Osseuse) pour vérifier qu'il s'agit bien d'une maladie confinée à la prostate.

En cas de cancer de prostate localisé, il existe plusieurs façons de traiter la maladie :

  • la radiothérapie externe,
  • la curiethérapie
  • et la chirurgie (prostatectomie radicale par voie ouverte, par voie coelioscopique classique ou robot-assistée)
  • voire la chirurgie par ultrasons focalisés (Ablatherm).

Tous ces traitements sont efficaces mais comportent tous des contraintes et effets indésirables potentiels qui doivent être pris en compte pour le choix final du traitement curatif.
La curiethérapie et la radiothérapie seront réalisés par le radiothérapeute alors que la chirurgie prostatique sera pratiquée par l'urologue.

Une surveillance post thérapeutique sera indispensable avec examen clinique et taux de PSA à chaque consultation pendant 5 à 10 ans pour confirmer la guérison complète du cancer.

Prostatectomie radicale (= ablation de la prostate)

Cette intervention chirurgicale consiste à retirer

  • toute la prostate,
  • l'urètre prostatique,
  • les extrémités distales des canaux déférents
  • et les vésicules séminales.

Elle peut se faire à ciel ouvert, par coelioscopie classique, ou bien par coeliochirurgie robot assistée.
Chez certains patients sélectionnés, on associe à ce geste un curage ganglionnaire pour analyse anatomo-pathologique des relais lymphatiques péri prostatiques.

Réputé difficile, le geste chirurgical a été sans cesse perfectionné, afin de conserver au mieux les structures adjacentes à la prostate en particulier les bandelettes vasculo-nerveuses et le sphincter urétral mais aussi rendre le geste plus sûr avec des suites opératoires idéales.

Traitements palliatifs (= qui prolongent et améliorent la vie)

Lorsqu'un cancer de prostate est découvert à un stade tardif ou que malheureusement le patient présente une récidive à distance après un traitement curatif, il existe un arsenal thérapeutique efficace comprenant principalement l'hormonothérapie et la chimiothérapie.

Ces traitements permettent un allongement de la vie des patients dans des conditions acceptables la plupart du temps. D'autres traitements médicamenteux (biphosphonates, antalgiques) ou physiques (radiothérapie palliative) peuvent être pratiqué au cas par cas après concertation entre l'urologue et les oncologues.